Un nouveau contrat pour la période 2017-2022 !

Philippe CONNAN, président du Parc naturel régional de Millevaches en Limousin,

Jérôme ORVAIN, président de l’Établissement Public Territorial du Bassin de la Vienne,

Martin GUTTON, directeur général de l’agence de l’eau Loire-Bretagne,

Nelly SIMANDOUX, élue du Conseil départemental de la Creuse,

et vingt-deux porteurs de projets (collectivités, associations, services de l’Etat, chambres consulaires et entreprises),


ont signé le mercredi 13 décembre à Eymoutiers, un nouveau contrat territorial en faveur de la restauration et la préservation de la qualité de l’eau et des milieux aquatiques du bassin de la Vienne amont pour une durée de 5 ans (2017-2022).

 

Le contrat territorial préparé entre le PNR de Millevaches en Limousin, l’EPTB Vienne, la Région Nouvelle Aquitaine, les Départements de la Creuse et de la Corrèze et l’agence de l’eau Loire-Bretagne fait suite à un premier contrat mis en œuvre sur la période 2011-2015 et associe désormais 24 porteurs de projets autour d’un objectif commun : la restauration et la préservation des cours d’eau et zones humides du bassin de la Vienne amont représentant 2180 km² sur 3 départements, 3340 km de cours d’eau et 23 200 ha de zones humides.

Logo des 24 nouveaux maitres d'ouvrage

Pour cela, un programme d’action a été établi pour les cinq prochaines années qui portera sur :

La restauration et l’entretien des cours d’eau,

La restauration de la continuité écologique,

La gestion et la préservation des zones humides,

Le développement de pratiques agricoles respectueuses des zones humides et des milieux aquatiques,

L’information, la sensibilisation et la communication auprès du public,

Le suivi et l’animation des actions.

 

Le coût prévisionnel est évalué à 12,3 millions d’euros, financés par les porteurs de projets qui bénéficieront de subventions de l’agence de l’eau Loire-Bretagne, à hauteur de 62 % du montant global, ainsi que de la Région Nouvelle Aquitaine, des Départements de la Creuse et de la Corrèze et enfin, de l’Europe (notamment dans le cadre du Plan Loire et des fonds régionaux).

Un comité de pilotage est constitué pour le suivi du programme et regroupe les usagers du territoire et les différents partenaires techniques.

Le suivi des milieux aquatiques et le bilan réalisé au terme du contrat permettront de vérifier si les résultats sont au rendez-vous, ou si nécessaire, de réorienter l’action.